« On est un vrai collectif, tout le monde est impliqué »

3e saison à Vitré pour Louis Prolhac, le meneur nous parle du début de saison convainquant de son équipe mais aussi comment le groupe a dû s’adapter dans le jeu suite au départ du meilleur marqueur de la saison passée, Robert Turner.

3 victoires à domicile et 2 défaites à l’extérieur, quelles sont tes impressions sur ce début de saison ?
Oui on tourne un peu moins bien à l’extérieur, sachant que l’on s’est déplacé à Lorient, qui est l’un des favoris de la poule, et Angers, qui est aussi une grosse équipe. A Lorient ont fait un bon match mais on perd la rencontre sur des petits détails, on avait peut-être moyen d’aller faire un résultat là-bas. A Angers on a complètement pris l’eau et il n’y a aucun doute sur la victoire de l’EAB.
Après en regardant les équipes de la poule, on savait qu’il faudrait être performant à domicile car ça va être dur d’aller en chercher à l’extérieur. Il n’y a pas de petites équipes, on va à Cergy ce week-end et même si ils montent de N2 on sait que c’est une grosse équipe. Donc sur notre terrain il faudra être intraitable. 

L’année dernière, l’attaque tournait beaucoup autour de Robert Turner, cette année il y a un vrai collectif offensif qui se dégage. (7 joueurs entre 8 et 11pts par match)
C’est vrai que c’est un vrai changement, on se passe plus la balle mais dans des moments chauds on était content d’avoir Robert l’année dernière où il pouvait nous débloquer de certaines situations avec son talent. Ce n’est pas facile de remplacer un joueur comme lui donc le coach a construit différemment l’équipe avec un poste 5 dominant à l’intérieur et maintenant chacun doit prendre ses responsabilités, on est un vrai collectif, tout le monde va être impliqué en attaque et en défense. Pour le moment ça tourne bien, certes que peut être que sur un match comme à Lorient Robert aurait pu prendre le match en main mais cette année on doit tous être impliqués et trouver les solutions ensemble en mettant en place les systèmes et en les réalisant de la meilleure des façons. 

C’est ta 3e saison au club, tu te sens bien là-bas ? On a l’impression que le club progresse sur et en dehors du terrain chaque année.
Oui je me sens très bien à Vitré, je suis arrivé avec le coach en provenance de Feurs il y a 3 ans, j’adhère à 100% à sa façon de voir les choses, à sa façon de voir le basket, les valeurs qu’il prône. L’Aurore c’est un club qui reste familial mais qui se développe d’année en année que ce soit sur le terrain et même en dehors, c’est un vrai bon club, on travaille dans de bonnes conditions.

D’ici quelques saisons c’est un club qui aura l’ambition de montée ?
Ils y vont étape par étape. Le club se structure en interne et si dans quelques année il doit y avoir une montée en Pro B le club sera prêt. Les dirigeants anticipent beaucoup de choses et sont conscients de ce que l’on peut se permettre ou non, la gestion est parfaite, il y a beaucoup de bénévoles, beaucoup de monde autour du club et de l’équipe. En tant que joueur c’est une situation très agréable, on est vraiment dans les meilleures conditions pour travailler.

Ce week-end vous rencontrez une équipe de Cergy qui a fait de belles perfs en battant Challans et Lorient depuis le début de saison, c’est une nouvelle équipe du championnat, donc c’est peut-être plus compliqué de préparer ce genre de match ?
C’est vrai que c’est une nouvelle équipe mais elle a déjà fait 5 matchs donc on a pas mal d’informations sur le groupe et leur jeu. Il y a des gros CV : Koné, Mendy, Guerrier ou même Gana, se sont des joueurs connus de la division et des championnats français. Je ne connaissais pas le meneur américain mais on a appris à le connaitre après ses grosses performances.
Au début on se dit peut être que comme ils montent de N2 ils vont mettre du temps à l’acclimater au niveau et se structurer mais clairement Cergy n’est pas un équipe de bas de tableau. C’est une grosse équipe sur le papier et ils le prouvent sur le terrain aussi.