« Un championnat ouvert »

Habitué de la Nationale 1, William Mensah entame sa 2e saison à Mulhouse. Après un départ compliqué, le MBA va mieux et veut se mêler à la lutte pour le haut de tableau.

L’équipe avait commencé de façon poussive avec 2 défaites sur les 3 premiers matchs, il y a eu une phase d’adaptation due au grand nombre de nouveaux joueurs dans l’équipe + une nouvelle coach ?
Oui on peut dire ça. Avec le gros turnover dans l’équipe et la nouvelle coach il y allait avoir une période de moins bien, je pense que les deux sont liés. Ces deux défaites nous ont fait du bien, on ne s’est pas alarmé, on savait qu’on allait y arriver. On a vu par la suite que l’on a appris de nos erreurs et que l’on a fait les changements nécessaires pour retrouver la victoire.

Tu étais là la saison dernière, que peux-tu nous dire sur cette nouvelle équipe ? Un changement de coach chamboule souvent pas mal de chose dans la façon de jouer.
Oui le changement de coach change beaucoup de choses. J-L Monschau à sa vision du basket qui est différente de celle de Lauriane Dolt, notre jeu n’a rien à voir avec celui de l’année dernière. Le fait de changer pas mal de joueur modifie l’ADN de l’équipe, pour le moment c’est une réussite.
Dans le jeu on veut se reposer d’abord sur notre agressivité défensive, même si pour le moment on a pas réussi à avoir de vrai performance abouti de ce côté-là, mais on est de mieux en mieux, on progresse à chaque match.
En attaque on veut faire beaucoup vivre la balle, relancer très vite le jeu et avoir une bonne alternance entre le jeu intérieur et les tirs de loin.

Sur vos deux derniers matchs vous battez Chartres et Andrézieux qui sont de belles équipes, c’est forcément une satisfaction.
Oui on a été appliqué, les systèmes de jeu ont bien été respecté, on a eu de la réussite sur nos shoots, on a quelques joueurs qui sortent du lot et qui ont fait de belles perfs sur ces matchs.
Notre force c’est vraiment que tout le monde peut apporter, et c’est ça le plus compliqué pour les équipes adverses. Il n’y a pas un ou deux joueurs à arrêter, on est 8 à pouvoir marquer et sur les derniers matchs c’est ce facteur-là qui nous fait gagner. Le danger peu venir de partout.

Dans la Poule B on a l’impression qu’il n’y a plus de favoris, tout le monde peut battre tout le monde, c’est très ouvert ?
J’ai été assez surpris par ce début de championnat. Et oui, tout le monde peut battre tout le monde, ça va être un championnat ouvert jusqu’au bout, il y aura une belle bataille. Il y a pas mal d’équipes qui ont une carte à jouer pour viser le haut du classement.