Home sweet home

Comme en quarts de finale, Caen et Mulhouse se sont imposés à domicile lors du match aller. Ils prennent donc une belle option sur une qualification en finale, la pression étant maintenant sur les épaules du Stade Rochelais et de Lorient, qui devront assurer sur leurs parquets.

Lorient a failli réaliser le hold-up de ces playoffs sur le parquet de Mulhouse mais devra finalement réaliser un sans-faute à domicile pour accéder à la finale. Menés quasiment toute la rencontre, les bretons ont su inverser la tendance dans le 4e quart temps et ont effacé un retard de 15 points. Doumbia (14pts) puis Coulibaly (10pts) ramènent le CEP à hauteur en fin de match et permettent même aux bretons de mener d’un point jusqu’à 3 secondes de la fin. Mais Johan Grebongo provoque une faute et ne tremble pas sur la ligne des lancers francs. 73-72 score final, Quentin Diehl est, comme lors du match retour au Havre, le grand artisan de la victoire alsacienne avec 18 points (4/6 à 3pts). Dans une ambiance survoltée d’un Palais des Sports rempli de presque 3000 personnes, le MBA remporte une rencontre capitale et n’est plus qu’à un succès d’une place en finale des Playoffs.

Après avoir disposé de Poitiers, le Caen Basket Calvados veut sortir un autre cador de ces playoffs : Le Stade Rochelais. La première partie du contrat a été remplie vendredi avec une victoire à domicile, 81-76. Devant toute la rencontre, c’est la doublette Bracy Davis (18pts, 5rbds) / Noël (19pts, 4rbbds) qui a fait la différence pour l’équipe de Fabrice Courcier. Keith Wright (16pts, 6rbds) a remporté son duel dans la peinture face à Moïse Diame (7pts, 3rbds) mais cela n’a pas été suffisant pour des rochelais, trop concentrés sur les shoots de loin : 9/31 derrière l’arc. Il faudra régler la mire dès vendredi prochain à domicile pour espérer forcer une belle.